Grossesse

L'accouchement à domicile

L'accouchement à domicile



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Face à l'environnement jugé surmédicalisé des hôpitaux par certaines futures mamans, quelques-unes éprouvent le désir d'accoucher à la maison. Est-ce possible ? Est-ce risqué ? Voici quelques éléments de réponse.

  • Jusqu'aux années 1940, les femmes accouchaient majoritairement chez elles. L'hôpital était réservé aux pauvres et, faute d'asepsie, on y mourrait beaucoup de fièvre puerpérale, infection survenant après la naissance. La bascule vers l'hôpital, assaini grâce aux découvertes de Pasteur en 1890, s'est produite après la Seconde guerre mondiale, la nécessité de repeupler la France poussant les pouvoirs publics à rembourser l'accouchement.
  • Aujourd'hui, en France, la quasi-totalité des femmes accouchent dans une structure hospitalière.
  • En 2009, 1 % des 820 000 naissances françaises ont eu lieu à domicile. La tendance de cet accouchement naturel semble gagner les futures mamans. Que ce soit suite à un premier accouchement mal vécu en hôpital ou pour bénéficier du cadre de leur foyer, elles sont de plus en plus nombreuses à souhaiter donner la vie chez elles
  • Seules les sages-femmes libérales pratiquent l'accouchement à domicile. Ce type de naissance est possible uniquement si la grossesse ne présente aucun risque.
  • Seules les femmes ne présentant aucune pathologie (80 % des grossesses sont " physiologiques ", c'est-à-dire à bas risque) peuvent prétendre accoucher chez elles. Les sages-femmes libérales ont établi une charte fixant des critères stricts : elles refusent d'accoucher les femmes ayant des antécédents médicaux (problèmes de cœur, de reins, de diabète, etc.), celles qui ont déjà eu une césarienne, celles qui attendent des jumeaux ou dont l'enfant se présente par le siège.

1 2